Le Village flottant de Mechrey sur le Tonle Sap – Cambodge

Le village flottant de Mechrey est bien situé sur le lac du Tonle Sap à quelques kilomètres de Siem Reap au Cambodge . Il se situe à l’extrémité ouest du lac à l’embouchure de la rivière qui le relie à Battambang .

Facilement accessible, on s’y rend en environ 1h du centre ville et en tuktuk . Après la nationale, vous emprunterez les petites routes de terres rouges au milieu des rizières et des buffles, avec ses maisons nichées à l’ombre des palmiers et des cocotiers . L’embarcadère se déplace au fil des saisons et de la hauteur du lac le long de la rivière où il se trouve . Ce ne sont que de très sommaires installations qui permettent surtout aux khmers opérant sur place de s’abriter du soleil et de se restaurer . Alors bien sûr ce village flottant est connu, bien sûr les touristes viennent le visiter, mais beaucoup moins que les autres . Ce n’est pas du tout un village touristique . Beaucoup de cambodgiens vont et viennent : familles entières entassées sur une barque, matériaux de constructions ou ravitaillement alimentaire, c’est avant tout le point de liaison entre la terre ferme et leurs maisons flottantes .

On embarque, aux bons soins de notre chauffeur pour l’occasion, pour une ballade d’une heure trente, deux heures sur le canal principal qui relie la terre au Tonle Sap . Le lac est très poissonneux et fournit 50% de la pèche du pays . Ce canal sert de piège naturel aux poissons qui s’y engouffrent . On y double de nombreux filets disposés en entonnoir, constamment nettoyés de leurs algues et vidés de leur poissons par de tout autant nombreux Khmers, plongés dans l’eau jusqu’au cou ou bien en équilibre sur leur pirogue, la pagaie à la main .

Totalement différent des villages de Kampong Phluk et Kampong Khleang qui sont composés principalement de maisons sur pilotis, le village flottant de Mechrey lui est une longue succession de maisons flottantes .  De petites et grandes maisons avec terrasse pleine de plantes et de culture, d’écoles aux couleurs vives, des maison-bateau restaurants, des épiceries maisons flottantes, on ne sait plus comment les appeler . Elle sont parfois neuves parfois moins, avec ou sans filets de pêche tout autour . Elles se succèdent parfois les unes contre les autres, sans doute rassemblées par affinités, ou bien plus solitaires .

Certaines sont simplement de pas très grands bateaux visiblement habités où un braséro inopportun crache ses brandons sur le bois vermoulu . D’autres au contraire grandes, belles, bien entretenues, sont de véritables maisons flottantes avec grandes terrasses fleuries et hamacs . On y distingue toujours la cuisine où s’affaire la maman et les enfants, aux bassines de couleurs vives et casseroles en alu rutilantes .

Après avoir atteint le lac, on revient par le même chemin et on y découvre toujours cette vie en instantané : les vendeurs ambulants sur leurs pirogues au seuil des maisons, les pécheurs qui entrent et qui sortent, l’école et la subite affluence de tous ces enfants en uniforme sur leurs barques, la toilette sur le perron …

 

Si le cœur vous en dit et si vous aimez la navigation, vous choisirez la ballade de quatre ou cinq heures qui vous amènera plus en profondeur sur la rivière vers le gros village à l’estuaire . Composé de plusieurs centaines de maisons, voire millier, vous pourrez y visiter ses ateliers, ses restaurants, sa pagode sur pilotis, les pieds dans l’eau ou sur une langue de terre suivant la hauteur de l’eau . Vous vous restaurerez dans une maison d’un déjeuner typique khmer et pourrez même dormir sur place dans la guest house qui se résume à un matelas joliment décoré de coussins brodés, posé sur le sol de bois patiné, vu sur la rivière imprenable !