L’Asie du Sud Est est un berceau où se sont épanouies des techniques de protections contre le mauvais sort depuis des siècles . Il s’agit de tracer des figures géométriques afin d’obtenir un effet particulier : sur du tissu accroché sur des cordes au Népal ou au Tibet, au faîte d’une charpente pour protéger une maison, ou directement sur la peau pour épargner son porteur des désagréments du mauvais sort . Le tatouage magique  au Cambodge est exécuté par un chamane patenté, reconnu dans sa communauté, et qui a suivi de longues années d’enseignement aux quatre coins de l’Asie .

1 (Copier)C’est là que nous quittons la route principale pour emprunter le chemin de terre ocre, telle qu’elle est toujours au Cambodge quand ce n’est pas carrément rouge, en passant sous le portique richement décoré qui indique l’accès à la pagode . Nous sommes au sud du pays, quelque part entre Kep et Kâmpôt, à Phnom Bao précisément . Cette pagode de Wat Bao est grande, puisque la montagne même au pieds de laquelle elle se blottit, est incluse dans son périmètre . Les montagnes, rares au Cambodge, ont très souvent un caractère sacré, telle les plus célèbres Phnom Penh ou Phnom Kulen . Elles sont peuplées de statues des Héraults qui sont là pour assurer protection et sérénité en apeurant les mauvais esprits qui ne manquent pas roder dès le soleil couché . Nous empruntons l’allée bordée d’arbres qui délimite les rizières, où à cette période de l’année seules les mauvaises herbes jaunies par le soleil poussent . A un détour du chemin, une puissante statue de bronze de cinq mètres de haut représentant un guerrier juché sur son cheval cabré, marque le virage . Notre guide cambodgien, sésame indispensable pour pénétrer dans cette forêt magique, fait le tour de la statue et emprunte un petit sentier caché qui serpente sur les flancs de la colline . Nous arrivons rapidement à un petit vallon perché en hauteur avec une petite bâtisse logée dans le fonds et une terrasse comme suspendue dans le vide à flanc de colline qui domine la route que nous venons d’emprunter . Un couple de chats se prélasse au soleil sur ce versant battu par le vent .

2 (Copier)

Notre Chamane arrive . Il a quarante ans et a des yeux d’aigle . C’est un ancien bonze comme la quasi-totalité de ses confrères . Grand, mince, cheveux longs, aujourd’hui marié, il a durant les sept années de sa formation bouddhique, parcouru de nombreux temples de la Thaïlande au Laos et du Vietnam au Cambodge afin de parfaire son enseignement auprès d’autres chamanes . Il a choisi l’art des aiguilles et du tatouage . Il exerce ainsi son ministère depuis vingt ans . Nous l’appelons Khrou Som, Khrou pour chamane et Som du nom de son père, car il nous est interdit d’utiliser son nom d’humain . Vient le moment de se décider . L’un d’entre nous se lance et lui explique ce qu’il désire . C’est une femme qui en est à son quatrième voyage au Cambodge et qui désire ainsi graver son attachement pour ce pays .

3 (Copier)Khrou Som sort son jeu de carte, et en choisit une qui correspond au signe chinois du demandeur . Le tatouage sera sur l’épaule gauche pour les femmes . Il représente un filet de lignes entrecroisées et agrémenté de formules et d’arabesques . Ce filet est là pour protéger la demanderesse quelque soit le pays où elle se trouve . Khrou Som lie une aiguille sur son bambou à l’aide d’un fil de coton, allume de l’encens, demande l’aide de ces prédécesseurs, donne une formule à réciter à la dame pour faire pénétrer le tatouage en profondeur, et s’exécute . Un assistant arrivé entretemps, aide à tendre la peau sur le dos . Les allers retours entre le pot d’encre et la peau se multiplient, le geste est rapide mais extrêmement souple . Khrou Som récite des prières en même temps, on apprendra par la suite qu’il discute avec les esprits qu’il a appelé pour l’aider dans sa tâche . Pas plus de vingt minutes se sont écoulées, et le travail est fini . Le trait est d’une extrême finesse, quelques gouttes d’encre au final auront été utilisées, pas une perle de sang versée .4 (Copier)

Le second passe . C’est moi . Je n’ai pas peur mais ne suis pas rassuré non plus . Je suis un homme, le tatouage sera donc à droite ou au milieu . Je choisi le milieu . Je suis tigre . Le tigre est le maître sur Terre et doit protection aux autres animaux . Ma protection bientôt établie, portera donc aussi de fait aux onze autres animaux du zodiaque . Changement d’aiguille, encens, prière, ça pique un peu mais c’est très supportable . Ai-je perdu toute notion du temps, c’est déjà fini .

Le troisième est dragon . C’est le maître au ciel et son tatouage – protection sera donc le plus puissant de tous, infranchissable quelque soit l’attaque (magique) faite . Il  aura droit à cette phrase dite en français : « l’amour est plus fort que la mort » …

5 (Copier)Les séances se succèdent sur la plateforme ventée . Les deux hamacs changent régulièrement de propriétaire, les nattes au sol reçoivent les autres . On parle, on rit, on téléphone, on se désaltère, l’ambiance est à la détente . Khrou Som nous montre des photos de sa fille et réponds volontiers par l’intermédiaire de notre guide à toutes nos questions . Il explique et réexplique les pouvoirs de nos tatouages, nous apprend qu’il est également Maître de Cérémonies religieuses, qu’il enseigne la sculpture et que lui et son confrère présent se connaissent depuis leurs débuts au monastère, et que celui-ci s’est spécialisé dans les plantes médicinales, et participe à un essai de l’institut Pasteur, très présent au Cambodge, de recensement et de classification de ces plantes .6 (Copier)

La quatrième est coq . Le filet de protection qui contient les quatre vingt mille bouddhas lui ouvrira toutes les portes afin de laisser pénétrer Amour et Lumière . Je reste proche d’elle et je vois à quel point le geste du chamane est vif et assuré . Cela fait plus de deux heures qu’il a commencé, ses doigts sont couverts d’encre, mais dès qu’il pose sa main sur la peau qu’il tatoue, il se transforme en métronome . La fine tige de bambou va et vient, l’aiguille s’enfonce dans la peau en dessinant les courbes, c’est hypnotique . Au bout d’une dizaine de secondes j’ai du mal à suivre l’aiguille du regard tant les allers retours sont courts et rapides . Les yeux du Chamane se sont enfoncés mais son regard brille de mille feux et est d’une acuité incroyable, alors que lorsqu’il nous regarde, même si son regard est affuté, il en dégage une grande douceur et bienveillance .

Les dessins ont été tracés, les prières faites, nous avons fait connaissance, il est temps de laisser Khrou Som vaquer à ses occupations . Demain commence le nouvel an Khmer, ce rendez vous n’était pas prévu et restera gravé dans nos chairs pour un moment .

7 (Copier)Mais le travail ne s’arrête pas là . C’est son ami et confrère qui va maintenant activer les pouvoirs de nos nouveaux boucliers . Il nous accompagne à la maison nichée au fonds de la gorge, derrière laquelle est dissimulée une caverne . Nous y pénétrons à 9 (Copier)tour de rôle . Un autel y est dressé . Il allume l’encens, nous faisons nos offrandes et prions ensemble . Il sort d’une étoffe de petites feuilles d’or qu’il applique sur nos tatouages . Il récite, souffle, fait des cercles avec l’encens, applique sa main, masse et fait ainsi pénétrer le précieux métal qui va sceller la protection . La cérémonie se termine ainsi .

Tout le monde se dit au revoir . Les chats qui ne nous ont pas quitté, se frottent contre nous . Les chamanes semblent réellement fatigués, ils clignent des yeux, mais leur travail n’est pas terminé . Ils doivent encore, une fois rentré chez eux, honorer leur autel familial, remercier leur aïeuls dont ils ont réclamé l’aide et ainsi en finir définitivement avec cette cérémonie en coupant les liens . L’après midi est passé sans que personne ne s’en rende compte, nous sommes comme des gamins, personne ne veut partir …